Portugal / Portugal
Portugal
Population : 10 300 000 habitants
Devise : Euro

Compte-rendu 2009

Road to... Portugal - "Sempre frente..."

J'enchaîne en ce mois de mai un nouveau road to 3 mois à peine après le voyage à New York. Et c'est une nouvelle fois le Président et TheCheck qui vont représenter la Section à travers l'Europe.
Réveil difficile à 4h30 en ce lundi 4 mai. Comme d'hab, Dimi passe chercher Fred à 5h du matin, direction l'aéroport. On se gare, enregistrons nos sacs à dos respectif et nous attendons le décollage, prévu pour 6h50. Les 2 compères ont décidé de partir en routard, un sac, le vol et la 1ere nuit d'hôtel à Lisbonne, pour le reste ça sera une grosse improvisation.
Dimi commence le show dans l'avion en voyant écrit sur la sortie de secours le mot "Saida" (sortie en portugais) et sort très naturellement, "Saida, c'est pas le prénom d'une jeune fille ça ?"... Pourquoi cette phrase ? lui seul le sait en tout cas ça nous fait bien marrer. On est prêt pour le décollage, l'avion s'élance, et devant l'hôtesse, Dimi choisi d'envoyer un sms... il se fait biensur repéré et mal voir par cette dernière. Le Squal continuera ensuite en lui mettant un vent au moment où elle lui tend sa boisson... Bref, nous atterrissons à Lisboa à 8h30 heure locale.
Un petit tour à l'office de tourisme, puis on sort de l'aéroport, là, on rencontre une fille et un gars qui nous donnent quelques infos sur la ville et la façon d'y circuler, puis ils nous souhaitent la "Bienvenue au pays du soleil". En effet, il fait déjà très chaud et super beau, on décident alors de se déshabiller et d'enfiler t-shirt et short, tout ça sur la voie public. On se balade alors à pied de la Tour Vasco de Gama, au pont portant le même nom, palais des expositions puis direction, Sete Rios, pour réserver notre place de bus pour le lendemain matin afin de descendre dans le sud du pays. Chose faite, nous prenons le bus direction l'Hôtel, avenue Almirante Reis. Dimi souffre beaucoup, l'allergie au pollen se fait pleinement sentir. Il est à l'agonie, s'énerve, traîne la patte, ne comprends rien à la langue... un véritable boulet. Le temps de poser nos sacs à l'hôtel, nous cherchons à prendre le célèbre Tram n°28, très connu pour son ancienneté, il nous permettra de visiter les principaux quartiers de la capitale portugaise. Mais il y a des travaux et il est difficile de trouver le parcours qu'il emprunte, on marche pas mal, Dimi se pose et dort dès qu'il le peut puis on fini par le trouver. Ca redonne la pêche aux 2 poloistes qui vont visiter le quartier du Bairro Alto et mangeront leurs premières pâtisseries dans une pastelaria très typique. Rapide course, puis nous faisons un apéro dans un très beau jardin public surplombant la ville. 19h, nous voilà à l'hôtel, on se couche vers 21h30, réveil tôt, voyage, galère et réveil aussi tôt le lendemain ont raison des 2 trentenaires...Fred demande à Dimi s'il faut bien mettre le réveil à 6h45 heure française pour se lever à 5h45 heure locale, celui ci lui réponds par l'affirmative.
L'hôtel est assez bruyant et nous avons en bonus une alarme incendie qui retentie vers 1h du mat', on ne se lèvera même pas...
Mardi 4h45, le réveil de Dimi sonne, dur dur, il est l'heure de se lever...ah mais non, heure de décalage horaire, il nous reste en fait 1h de sommeil encore...grrrr quelle nuit ! 2eme réveil donc à 5h45, cette fois ci c'est le bon. On quitte l'hôtel à 6h10 pour prendre le bus à 6h30...mais pas de bus, on n'a pas le tps de tergiverser, on prends un taxi qui nous dépose à Sete Rios. Notre super car démarre à 7h30, on ne sait pour combien de temps...3h plus tard, on pense être à destination, on descends du bus puis heureusement, Dimi, dit "mais non on est à Sines pas à Sagres"... juste le temps de remonter dans le car pour encore 2h de trajet. 12h15, on descends à Odeceixe. Dans le car, on a l'impression que les gens nous regardent descendre en se disant "mais qu'est ce qu'ils vont faire dans ce village paumé ??"... il n'y a même pas d'arrêt de bus, c'est la pampa portugaise...Fred fait confiance au Guide du Routard...parait qu'il y a une magnifique plage. On marche, on entre dans le village...personne, un village fantôme, au loin on ne voit même pas l'océan...on décide d'y aller à pied voir en stop mais apparemment au Portugal ça fonctionne très mal...les voitures passent, Dimi râle ("mais c'est quoi ce bled paumé"), Fred commence à ne plus trop croire à ce qu'il se dit dans le GDR...1km, 2km...et miracle, une voiture s'arrête. Un couple, une lisboete et un australien avec une planche de surf nous prennent en stop...ça nous évitera de marcher 3km sous cette chaleur accablante, et en tongs voir pieds nus pour Dimi. Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre mais quand on franchit la dernière bosse, nous avons une superbe vision... une plage de sable splendide, très peu de monde, quasiment que des surfeurs et là ça donne une pêche aux 2 routards qui se disent que les vacances commencent vraiment et qu'elles vont être trèèès bonnes. On admire vraiment ce paysage en mangeant nos premiers Toastas. 14h, il faut repartir car nous devons aller à Sagres, le coin est assez désert et nous n'avons aucun moyen de locomotion. On commence la marche, quelle chaleur ! Et les rares voitures qui passent (même la police) ne nous prennent pas en stop. Après une bonne heure de marche, nous arrivons dans un bourg, là on y croit, il y a un couple de français qui va en direction du sud...finalement ils nous embrouillent ("à mais non on en vient") et nous continuons à pied. Il y a quand même 60km à faire... On continue, et là on ne tend même plus le pouce, on fait carrément une prière et ça marche du 1er coup ! Une allemande s'arrête, elle est très pressée mais nous dépose quand même à Aljezur, un gros village. Là nous sommes prêt à prendre le bus pour Lagos mais nous rencontrons des doubistes dans une camionnette, qui nous proposent de nous emmener à 3km dans un village en bord de mer. On accepte puis finalement le bus arrive et on décide de le prendre. Toutes ces tergiversations se font au milieu de la route, ce qui bloque la circulation du village, ça klaxonne et Dimi ne se démontent pas, pour rejoindre le bus il part en courant les bras écartés en criant "Forza Purtugaaaaal" ! Une fois à Lagos, on prends un dernier bus pour Sagres... Quelle journée, beaucoup de transport mais nous sommes enfin dans le sud. Nous nous baladons dans Sagres, sympathique village surplombant un port de pêche mais nous sommes fatigués et il nous faut trouver un hébergement alors qu'il est déjà 19h. On fait quelques hôtels pour voir puis Dimi se fait accoster par une femme horrrrrible avec un espèce de bouton blanc énorme qui nous baratine. Comme beaucoup au Portugal et notamment dans le sud, elle propose la location d'une chambre. On la suit mais pas très confiant, elle nous montre une chambre vieillotte et une cuisine simplement séparée de l'extérieur par un rideau, bizarre...on ne sent pas trop le truc et décident de continuer à chercher même si elle nous en propose 25€/nuit. 10mn plus tard, une vieille dame nous accoste également et nous montre une chambre très propre et correcte avec une petite terrasse, on négocie 2 nuits pour 40€ au total et nous voilà installé. Vite vite, il y a la demi-finale de ligue des champions entre Arsenal et MU, coup d'envoi à 19h45. Le match étant plié en 1ere mi tps, on part à la recherche d'un resto. On trouve le "Batedor", terrasse sur l'océan et le port, on prends quelques accras de morue en apéro puis une des spécialités de la maison, "Riz à la lotte", sans savoir vraiment ce que c'est. Le serveur, fort sympathique, nous apporte une énorme soupière, "3,2,1...booom", il lève le couvercle et on se retrouve avec une espèce de soupe de poisson avec du riz, de la lotte, des coquillages, des crevettes...enfin une mixture d'un goût magique et avec des produits parfaitement frais... un vrai bonheur qui conclue parfaitement cette première journée dans le sud.

Mercredi, levé 8h et direction le Batedor, notre cantine pour un petit dej' face à l'océan, en tongs, short et T-Shirt. On apprécie vraiment...
Puis on cherche une location de VTT mais c'est assez cher, on décide donc d'aller à pied jusqu'à la Forteresse de Sagres. Pas grand intérêt, on file donc à la Praia de Tonel, LA plage des surfeurs ! La aussi le paysage est superbe, on sent une vraie ambiance de vacances paisibles et sans stress. On se pose sur la plage et on regarde les surfeurs se battrent avec l'océan, ça n'a pas l'air facile, on est vraiment tenté pour louer une planche mais niveau logistique c'est galère et on opte plutôt pour un repas sur la terrasse de la petite cabane. Après ça rien ne vaut une bonne sieste, Dimi en plein soleil est en train de cramer et Fred dort sur un banc pas plus large qu'une poutre. Ce qui ne va pas l'empêcher de s'endormir bercé par les vagues...hummmm.
Allez, on se bouge, on a le Cabo de Sao Vicente à aller voir. La chaleur est accablante, l'ombre inexistant et le stop toujours si peu efficace. 45mn de marche avant d'être pris en stop par des allemands qui nous emmène au Cap. Superbe falaise et on se retrouve au point le plus au sud-ouest du continent européen. Pour le retour, re-stop mais cette fois ci, sans marcher, on cherche directement une voiture au Cabo. C'est Sagres-Express ! Et c'est des hollandais qui vont nous aider et nous déposer carrément où on voulait aller (6km) avant de repartir immédiatement, c'est beau ! Nous voilà sur le port de Sagres où nous assistons au retour des bateaux de pêche. Un vrai bonheur de voir tout ces poissons, coquillages, crevettes, langouste ou autres crabes de toutes premières fraîcheurs... Les restaurateurs du coin jouent à une sorte de pierre-feuille-ciseau pour savoir qui aura le droit de choisir sa marchandise en 1er, sympa à voir. Bon c'est pas tout, à 19h45 il y a Chelsea-Barcelone. On retourne à pied à la chambre en passant par hasard au beau milieu d'un superbe hôtel 4 étoiles. Une douche puis on va voir la 1ere mi tps dans un pub avant de retourner à notre cantine pour voir la qualification du Barça. Fred mangera la célèbre morue du Portugal et Dimi un Loup grillé.

Jeudi, levé 7h30, nous avons décidé de ne pas faire les grosses villes du sud et nous préférons partir dans le nord pour Beja. 1h15 de bus jusqu'à Lagos, 45mn d'attente pour prendre le bus jusqu'à Albufeira, 1h45 de bus puis 15mn d'attente avant le dernier car de la journée pour Beja. 14h30 on arrive à Béja, en passant dans la ville on trouve pas ça terrible du tout et en regardant le Guide du Routard on se rend compte qu'il n'y a rien à y faire (Pourquoi avoir choisi cette ville ??). Juste avant que le car ne reparte on décide de poursuivre notre route plus au nord jusqu'à Evora. Aussi tot on fait une grosse boulette, on remonte dans le car discrètement, on se cachant au fond du car mais à peine reparti le contrôleur nous demande nos billets, on fait les débiles, et il essaye de nous bluffer en sortant son téléphone et en nous lançant "Polizia !". Il a pas l'air content le monsieur mais en tant que joueurs de poker hors-paire, on ne se laisse pas bluffer et on dit qu'on a perdu les billets...Retour à la gare routière, on ne sait pas trop comment on va s'en sortir ni ce qu'il nous attends... On descends du car, et là énorme performance d'acteur. Le gars nous dit (tout en portugais biensur) "Vous allez à Evora ou à Beja ???" on réponds rien (alors que dans le bus on lui a dit Evora) et il enchaîne "aqui Beja !" Fred prends alors la perche tendue en disant "quoi Beja aqui ?? noooo ! Beja Aqui ? " et en regardant Dimi "On est à Beja !" du coup, le gars remonte dans son bus et se barre... on a eu chaud et on s'en sort miraculeusement s'en rien du tout. Du coup on veut quand même partir à Evora et on va donc prendre un taxi jusqu'à la gare. Là, Dimi se rend compte que Fred n'a plus le GDR, notre bible. Et hop, on se retape à pied le trajet jusqu'à la gare routière mais il faut se bouger car notre train pour Evora part bientôt. On retrouve la GDR dans le coffre du taxi et on repart pour attraper notre train. Pendant notre trajet on aperçoit un nombre hallucinant de nids de cigogne, surprenant ! 17h40 on arrive à Evora, de la gare au centre ville c'est "Sempre Frente" (tout droit). On marche et on trouve facilement une chambre pour 2 nuits à coté de la "Praça de Giraldo" où l'on ira prendre un apéro avant d'aller manger à A Gruta, le menu touristique (Soupe du jour excellente, demi-poulet chacun + frites, mousse au chocolat, vin, boisson, café 22€ d'addition) devant Hambourg-Werder. Comme si nous n'avions pas assez marché, nous allons découvrir durant 1h la ville de nuit, beaucoup de monument pour cette très belle ville fortifiée classée au patrimoine mondiale de l'UNESCO. On termine cette journée en se couchant à 23h.

Vendredi, levé 8h et petit dej' à la Pastelaria Conventual Pão de Rala, une vieille pâtisserie tenue par un couple d'une soixantaine d'année, très sympa. Puis jus d'orange frais comme d'hab, place du Géraldo. 10h30, il est l'heure d'aller voir les Mégalithes autour de la ville, on hésite à y aller en vélo mais finalement on fera les feignasses et on fera ça en taxi. Village de Guadalupe puis Valverde et un visionnage des dolmens, parmi les plus anciens d'Europe. 11h45, retour à Evora, découverte de la ville de jour, un apéro près du Temple romain de Diana et il est l'heure d'aller manger un morceau. Le restaurant Burgo Velho fera l'affaire où nous mangerons une nouvelle fois super bien. Porco à l'Alentejana pour Dimi, Bacalhau à Bras pour Fred, un régal ! Il est temps d'aller faire une sieste dans un parc très fleuri où se baladent Paon ou canards en toute liberté. On continue avec une petite glace et une pâtisserie, dur dur les journées vacances...On se couchera très tot car les 2 jours qui arrivent devraient être très intensif !

Samedi, debout 7h10. On prends le bus pour Lisbonne où on arrive à 10h10. On va poser nos sacs à l'hôtel puis direction la ville de Sintra, sous la grisaille. Nous arrivons sur place à 12h40 puis nous partons pour le Cabo da Roca, 45mn de car pour arriver sur un Cap, emprunt à toute la puissance de l'Océan et où nous sommes à l'extrême ouest du continent Européen. Les falaises, le temps, le relief nous donnent la sensation d'être tout petit face aux éléments naturels. Quelques photos puis nous repartons à Sintra, où, sous la pluie, le bus aura un accrochage qui nous retardera quelques minutes. Vu le temps on décide de faire l'impasse sur Sintra pour essayer de voir les 2 matchs de foot. 19h Benfica-Trofense et 21h Sporting-Setubal. 15h30 on mange un morceau chez Pizza Hut, puis à la gare nous rencontrons un
couple de Lyonnais, perdu et blasé du temps et de la ville de Lisbonne. Ils n'ont pas eu la chance de descendre dans le sud du pays... Direction la capitale, il est déjà 17h30. On prends alors un taxi ("Crazy Taxi") pour l'Estadio da Luz, qui n'arrête pas de parler et de raconter n'importe quoi, au final, il nous prendra une taxe de "week end" qui n'existe pas. Bref, on prends nos billets de stade, on court dans tous les sens sous la pluie pour aller à la boutique du club qu'on trouve enfin. Dimi achète un maillot du Benfica et nous filons vite pour rentrer et assister au lâché de l'aigle. La tradition veut qu'avant chaque match du Benfica, un aigle est lâché du haut du stade et descend en colimaçon sur le terrain, vraiment beau et impressionnant dans ce superbe stade de 60000 places. On assiste à un 2-2 et on part à 20mn de la fin. Sprint, taxi et on arrive vers 20h45 au stade du Sporting, le temps d'acheter les billets et c'est le début du derby entre le Sporting et Vitoria Setubal (prononcé Chtoubal). Dimi a un phénomène à coté de lui, un gros cap-verdien qui s'enflamme surtout après l'ouverture du score du Sporting et qui commente chaque bonne action par un "Ezzzatamenté !". Autre petit anecdote, chaque fois qu'un joueur du Sporting se présente à 30m du but dans l'axe, tout le stade crie "Shhhhhhhhout" avec une petite voix inimitable ! Le match se termine avec une victoire à la 92eme minute du Sporting 2-1. En sortant on rencontre un Monégasque en se rendant à la boutique du club. On file manger un morceau chez Mc Do, comme à chaque road to... puis on rentre en métro à la chambre. Surprise, pour la première fois on dormira dans le même lit. On passera forcément une mauvaise nuit.

Dimanche, dernier jour, on se lève à 8h30. Départ 9h30 pour Belém. On se balade le long du Tage en passant par le Monastère de Jeronimos, la Padaos dos Descobimentos et la Torre de Belem. Petit dej' tardif dans un endroit un peu chic où il faut un ticket avec code barre pour aller aux WC. Ensuite on va à pied de Belém à Alges, alors qu'il fait 11° et que Dimi est en t-shirt. A Alges, nous prenons le train pour Cascais. Un petit village au bord de l'eau, le St Tropez Portugais. Nous faisons un tour à pied en arrivant puis nous prenons un vélo, on visite la ville, le temps d'acheter quelques souvenirs puis on s'écarte du centre, trop touristique, pour manger une dernière fois des produits de la mer. On enfile les vélos directions Estoril afin de voir le Casino où a été tournée un James Bond, Casino Royal puis on revient à Cascais. Dernière pâtisserie et on retourne à Lisbonne. On arrive à prendre une douche avant de se rendre à l'aéroport par un taxi. On enregistre les bagages puis on attend notre vol. On croise alors Nicolai Davydenko, un des meilleurs joueurs de tennis du moment qui ne voudra pas faire de photo... dommage. On monte dans l'avion, où cette fois ci on croise Nicolas Vouilloz. Atterrissage à Nissa à minuit pour la fin d’un nouveau très bon road to...

Une semaine assez intense et un beau road trip de quasiment 800km en empruntant énormément de moyen de locomotion (Avion, tram, train, bus, car, vélo, voiture et à pied), des paysages très différents mais tout aussi agréable et un temps splendide ! Vivement le prochain Road to...Adeus et obligado !

MOIS Très défavorable Défavorable Moyenne Favorable Très favorable
Jan Lisbonne, Porto, Faro
Fv Lisbonne, Porto Faro
Mar Porto Lisbonne Faro
Avr Porto Lisbonne, Faro
Mai Porto Lisbonne, Faro
Jui Lisbonne, Porto, Faro
Jui Lisbonne, Porto, Faro
Aou Lisbonne, Porto, Faro
Sep Lisbonne, Porto, Faro
Oct Porto Lisbonne, Faro
Nov Porto Lisbonne Faro
Dc Lisbonne, Porto Faro
Très favorable : Période très favorable
Favorable : Période favorable
Moyenne : Période moyennement favorable
Défavorable : Période défavorable
Très défavorable : Période très défavorable
LIEUX
Alfama : le quartier de l'Alfama à Lisbonne est un vrai dédale de ruelles qui vous surprendra à chaque coin de rue.
Evora : une cité médiévale superbement préservée inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco.
Falaise du Cabo de Sao Vicente : c'est le point le plus au sud-ouest de l'Europe continentale.
L'Algarve : composée de nombreuses falaises, plages de sable mais aussi de lieux de fêtes.
Sintra : à 1h de la capitale, c'est une ville dominée par un palais blanchi à la chaux.
SYSTéMATIQUEMENT :
Vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal à mettre à jour
INFOS FIèVRE JAUNE ET PALUDISME :

Fièvre jaune (2016)
Condition exigée : non
Vaccination antiamarile recommandée : non


Source : Institut Pasteur